Comprendre la SEP

Vous savez déjà en quoi consiste la SEP?

Qu’est-ce que la SEP?

Pour comprendre la SEP, il est utile de comprendre comment fonctionnent les parties du corps touchées par la SEP.

Le cerveau et la moelle épinière – formant le système nerveux central (SNC) – transmettent des messages entre le cerveau et le reste du corps grâce auxquels vous pouvez bouger, penser et vous servir de vos sens.

Vous savez déjà en quoi consiste la SEP?

Pensez à votre système nerveux central comme à un vaste réseau de câbles électriques, et à votre cerveau comme au « centre de contrôle ».

Ces câbles sont constitués de cellules nerveuses, une sorte d’élément constitutif de base.

La plupart des cellules nerveuses sont enveloppées d’une couche lipidique appelée myéline.

La myéline ressemble à la gaine isolante qui enveloppe un câble (axone) – elle protège les cellules nerveuses et permet la transmission rapide de messages par ces cellules.

Il s’agit d’une fonction importante puisque des millions de messages sont transmis chaque seconde entre le cerveau et les autres parties du corps.

Que se produit-il en cas de SEP?

Le système immunitaire protège naturellement notre organisme contre les substances nuisibles telles que les microbes.

En cas de SEP, le système immunitaire fait défaut et commence à percevoir la myéline comme une substance nuisible. Il se met donc à attaquer et à endommager la myéline protectrice.

Ainsi, les cellules nerveuses ne sont pas bien protégées et peuvent devenir enflammées et endommagées, de la même manière qu’un câble usé.

Ces lésions peuvent ralentir la transmission des messages entre le cerveau et les autres parties du corps. C’est ce qui cause les symptômes de la SEP. 

Que savons-nous de la SEP au Canada?

Un des pays où la prévalence de la SEP est la plus élevée

personnes sont atteintes de la SEP au Canada

fois plus de femmes que d’hommes présentent une SEP

La plage d’âges où se manifestent le plus souvent les premiers symptômes

Quelles sont les différentes formes de SEP?

Bien que l’on puisse parler de la SEP comme d’une seule maladie, il en existe en fait trois formes différentes. Ces formes dépendent de la manière dont la SEP évolue au fil du temps.

  • SEP rémittente (aussi appelée SEP cyclique)
  • SEP progressive secondaire
  • SEP progressive primaire

Comment savoir quelle forme de SEP je présente?

La surveillance de vos symptômes et de tout changement permettra à l’équipe chargée de vos soins de déterminer la forme de SEP que vous avez et la meilleure façon de la traiter.

Apprenez-en davantage sur votre équipe de soins spécialisée

SEP RÉMITTENTE

Qu’est-ce que la SEP rémittente?

  • Les personnes atteintes d’une SEP rémittente ou cyclique présentent des poussées. Une poussée désigne tout nouveau symptôme de la SEP ou une aggravation d’un symptôme existant de la SEP, durant 24 heures ou plus.
  • Les poussées sont suivies d’une période de rétablissement (aussi appelée « rémission »), au cours de laquelle les symptômes sont absents ou peu nombreux.
  • Chaque poussée n’est pas toujours suivie d’une aggravation de l’incapacité. Certaines poussées sont suivies d’un rétablissement complet, et d’autres d’un rétablissement partiel.
  • Dans les cas de SEP rémittente, le degré d’incapacité peut s’accroître graduellement au fil du temps à cause des poussées.

Quelle est la fréquence de la SEP rémittente?

  • La SEP rémittente ou cyclique est la forme la plus fréquente de SEP.
  • Environ 85 à 90 % des personnes atteintes de SEP présentent cette forme de la maladie au moment du diagnostic.

Quelles sont les causes des poussées?

Les poussées peuvent se produire sans aucune raison apparente, ou elles peuvent être déclenchées par certains facteurs comme une infection.

À quoi ressemblent les poussées?

  • Certaines poussées sont légères, et d’autres peuvent être plus graves.
  • Une poussée peut durer quelques jours, quelques semaines ou quelques mois.

Si on utilise l’analogie des montagnes russes, où la hauteur de la piste correspond au degré d’incapacité et où la longueur du parcours augmente avec le temps, les poussées ressembleraient à des dénivelés sur la piste. Ces dénivelés ont pour effet d’augmenter la hauteur de la piste au fil du temps.